Le Ministre de la Sécurité et de la protection civile  Yark Damehame a annoncé vendredi 9 août  lors d’une rencontre avec la presse que le gouvernement va intenter une action  en justice contre le Pasteur  Edoh Komi et la  famille des victimes dans le cadre de l’affaire des deux braqueurs tués.

La version soutenue  par  la famille des présumés braqueurs  et le Pasteur  Edoh  selon laquelle  la Police est venue interpeller les deux  personnes à  domicile est contestée par le  ministre  Yark Damehame . « Nous n’avons aucune raison d’aller prendre les citoyens à la maison », rétorque le ministre.

Le ministre  relève  par la suite que le surnommé  ‘’cimetière’ qui aux dire de sa famille est peintre  et un honnête citoyen est bien connu de ses services pour  ses antécédents.  Le  ministre renseigne qu’il a été successivement arrêté le 25 mai 2011 pour tentative de vole de moto, arrêté le 10 février 2012 par le SRI  et déposé le 12 février  à la prison civile de Lomé. Il a été également arrêté en 2015 pour son implication dans le vol dans une institution de microfinance à Agou.

La Police togolaise annonçait la mort de Dekpo Mlatawo et Sémékonawo Koffi allias Cimetière , présentés comme des braqueurs abattus par une patrouille de la GIPN le samedi 27 juillet 2019 dans la zone de Kagnikopé vers 23 lors des échanges de tirs.

Aux lendemains de l’affaire de l’élimination des deux présumés braqueurs, le Pasteur Edoh Komi   «  après avoir eu les témoignages des familles des victimes » soutenait  que  de toute vraisemblance les deux présumés auraient été interpellés à   domicile aux environs de 23h30 et menottés vers une destination inconnue.

Une polémique s’enfle depuis autour de l’affaire obligeant la Commission nationale des droits de l’homme au Togo  à ouvrir une enquête sur le sujet.

Germain Doubidji

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here