Togo: Un enseignant s’est donné la mort par pendaison

0
5480

Koffignomi koffi, un enseignant d’un établissement s’est pendu ce dimanche 25 octobre 2020 dans la préfecture de l’Akebou.

Enseignant de son état, Koffignomi a décidé de quitter la terre des vivants par voie de la pendaison. C’est ce matin que les habitants de Atigosa ont découvert le corps de cet enseignant qui s’est pendu sur un arbre.ATIGOZA est à dix km de Kougnohou dans la préfecture de l’Akebou.

Pour l’heure, l’on ignore les raisons qui ont conduit cet éducateur à se suicider. Il est un enseignant à l’école évangélique à Atigosa. Le suicide est devenu une monnaie courante dans notre société pour quitter la terre.

Selon le rapport de l’OMS publié en septembre 2019 sur la situation mondiale du suicide, le Togo occupe la 8ème place des pays africains où l’on se suicide le plus.
L’année dernière, entre août et novembre 2019, 28 cas de suicide ont été signalés selon les données du Ministère de la protection Civile.

Il y a une semaine, une jeune étudiante de 28 ans a également mis fin à sa vie, au quartier Avédji, banlieue de Lomé puis sur le campus de l’Université de Lomé, un agent de sécurité qui a été retrouvé mort par pendaison ,il y a quelques jours.

Dr TINDJO D. Richard relève  au chapitre des  signes  émotionnels à observer chez les personnes susceptibles de se suicider, le découragement de la vie, des troubles de comportement. Il ajoute que ceux sont des personnes  qui se mettent en colère pour un rien du tout, la présence de l’ envie de rester seul et de rédiger son testament, parlent très souvent de la vie et de Dieu comme dernier rempart, démotivation, négligeant sur le plan hygiène corporel et vestimentaire.

Pour concevoir des stratégies de prévention qui s’avèrent efficaces,  Dr TINDJO D.  Richard   relève qu’il faut  réduire autour de la personne l’accès aux moyens de se suicider (pesticides, armes à feu, certains médicaments, par exemple) ;adopter des politiques de lutte contre l’alcoolisme pour réduire l’usage nocif de l’alcool.

Il  propose également de démystifier le suicide comme n’étant pas la solution mais plutôt un acte « d’aveu de faiblesse et de lâcheté » à travers la stratégie de communication pour un changement de comportement ; de multiplier les interventions en milieu scolaire à travers des modules d’enseignement et des campagnes de sensibilisation par les paires  puis traiter le suicide de façon responsable dans les médias au niveau des milieux urbains et ruraux .

Marc Y. G

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here