La coalition des 14 et la CCIT : Une rencontre du métaphore

0
236

La Chambre du commerce et d’industrie du Togo (CCIT) a échangé mercredi avec une délégation de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition sur l’impact de la crise politique sur l’économie togolaise.

Cette rencontre fait suite à une enquête menée par la CCIT entre fin 2017 et début 2018 sur les conséquences des manifestations publiques sur l’économie nationale dont les résultats révèlent que 71% des entreprises ont été touchées par la crise actuelle sur leur chiffre d’affaires entre 25 et 50%.

Elle a donc été l’occasion pour le secteur privé et la coalition des 14 partis politiques de l’opposition d’échanger sur des voies et moyens en vue de la redynamisation de l’économie togolaise.

Selon Brigitte Kafui Adjamagbo, la coalition des 14 partis politique de l’opposition a compris les problèmes du secteur privé, mais elle a à son tour expliqué aux acteurs qu’elle est aujourd’hui dans une situation comparable à la préparation de l’omelette c’est-à-dire qu’il faut nécessairement casser des œufs avant de faire de l’omelette. « Nous sommes en quelque sorte dans la position d’un chirurgien qui se voit obliger de faire mal en incisant une plaie pour que le porteur de cette plaie n’en meurt. Nous avons exprimé aussi ce souhait de trouver le plus rapidement possibles des solutions durables qui puissent arranger le pays », a-t-elle confié.

Le président de la CCIT, Germain Méba a pour sa part a salué la volonté de la coalition à œuvrer afin de trouver des solutions idoines à la situation actuelle. Par ailleurs, il a demandé à toutes les parties prenantes de la crise d’œuvrer pour la relance de l’économie nationale.

« Nous tenons à les remercier pour cette réaction positive qui dénote de leur disponibilité. Nous sommes comme un enfant malade qui a besoin de trouver une solution vis-à-vis de ses parents qui sont l’opposition et le gouvernement afin qu’ils puissent trouver une solution définitive à la crise qui doit être résolue le plus rapidement possible », a conclu M. Méba.

Max D. Togoenlive

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here