Au Togo, c’est un fort Impact socio-économique du secteur des mines

0
602

Les populations riveraines sont les premières bénéficiaires des retombées de l’exploitation minière au Togo. En 2011 on note l’adoption d’une loi par l’assemblée nationale relative à la contribution des entreprises minières au développement locale et régionale.

A cela s’ajoute la responsabilité sociétale des entreprises minières qui les oblige à participer à la vie et au développent des zones d’extraction.
Des ristournes sont alors reversées aux collectivités territoriales pour leur permettre de mettre en place des infrastructures socio-économique de base pour leur plein épanouissement.

Au Togo, le secteur extractif représente environ 22% du total des exportations, il contribue jusqu’à 3,7% au PIB du pays, selon les dernières estimations.
En 2014, le Togo comptait 29 exploitants miniers d’origines diverses. Dix-huit d’entre eux sont spécialisés dans l’exploitation de gisements de substances minérales industrielles et produisent principalement des matériaux de construction. Le nombre d’acteurs dans la mine à petite échelle ne cesse de croître.
Les sociétés les plus connues dans le secteur de la petite mine comprennent la mine Granutogo située près de Amelepke appartenant à une société à majorité Allemande, suivie des producteurs de sables SAD et STII (tous les deux du Benin) et ensuite Global Merchants provenant d’Inde qui est le producteur local principal d’agrégats. L’or est exploité au moyen de techniques minières de type alluvial.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
10 × 28 =