Approche FoDa : La belle histoire de la femme au statut de « débiteur » à celui de « créancier » à Atchakoé1

0
671
Photo archive

 

 Les belles histoires, singulières, se poursuivent avec le programme de Formation en Développement d’Affaire (FoDa) au Togo. C’est le cas d’Amégninou Christine qui passe du statut « débiteur » à celui de  « créancier ».

La jeune dame, Amégninou Christine, du village Atchakoé1,  est   aujourd’hui une vendeuse de prêt à porter pour hommes  et femmes puis accessoirement des  enfants dans le village d’Atchakoè1 dans la région des Plateaux.    Elle fait des partis de ces centaines de jeunes répartis dans 25 villages de la Région des Plateaux qui ont réussi à créer une Activité Génératrice de Revenus  (AGR) dans le cadre du projet d’opportunité d’Emploi pour les Jeunes Vulnérables (EJV).

Selon les propres  témoignages d’Amégninou Christine rapportés par son coach, quand on la voit, aujourd’hui, traverser le village à certains moments, on peut dire qu’elle s’en va réclamer ses dettes. Mais avant,  elle était la risée de toute la communauté pour ses empreints intermittentes  chez les tiers du village.

En fait, Christine faisait du métayage et avait  souvent eu recours à des emprunts chez des tierces personnes le plus souvent. Tout ceci est désormais un lointain souvenir pour la jeune dame qui change carrément de statut sur le plan de stabilité financière grâce à son commerce de prêt à porter.

« Aujourd’hui on peut dire que ça va pour elle car selon son témoignage, si on lui disait qu’elle pouvait un jour sortir de sa situation, elle ne pouvait pas croire », confie son coach  SAKPONOU Komi qui  renseigne qu’elle a épargné jusqu’à ce qu’une microfinance de la localité ne lui octroie un prêts afin qu’elle agrandisse son commerce.

Christine qui du fait de la pandémie de coronavirus n’arrivait plus à venir s’approvisionner au grand marché de Lomé,  s’apprête à le faire, à la faveur de la levée  progressive des mesures restrictives.

Le gouvernement togolais, dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, a initié le projet d’opportunité d’Emploi pour les Jeunes Vulnérables (EJV), le programme de Formation en Développement d’Affaire (FoDa).

L’initiative, financé par la Banque Mondiale et piloté par l’Agence Nationale de Développement à la Base (ANADEB), rien que dans la Région des Plateaux, a permis à 1222 jeunes répartis dans 25 villages, de disposer d’Activités Génératrices de Revenus.

FoDa, relève de la composante 1 « volontariat communautaire » du projet d’opportunité d’Emploi pour les Jeunes Vulnérables (EJV).

Germain DOUBIDJI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
12 × 24 =