Nouvelle approche  sur «  la question Togo » : Tard vaut mieux que jamais pour Antoine Folly

0
526

Le délégué général de l’UDS-Togo a déclaré le week-end dernier sa préférence  au profit de la négociation  au détriment du  radicalisme au sujet de la question politique du Togo. C’est en fait une résolution tardive mais vaut mieux tard que jamais.

L’idéale que semble défendre Antoine Folly est bien libellé même si cela prend une forme interrogative. « Ceux qui nous disent de ne pas négocier, de ne pas discuter avec le régime, j’aurais aimé qu’il nous propose d’autre chose. Aller dans la rue ? Ce n’est pas à moi qu’il faut donner une leçon là-dessus », déclarait ce grand routier de la politique togolaise, il y a quelques jours.

Il est loisible de déduire, si besoin en était, que de la convocation de la rue pour résoudre la question du Togo, il en sait quelque chose, lui qui a été un acteur de la vie politique du Togo ces trois dernières décennies. Les nouvelles déclarations d’Antoine Folly supposent qu’il a pris un recule, analysé la situation et se résous à l’évidence que l’option prévalue a et qui a été celle des extrémistes de la Salle Fasao n’était pas la bonne dans le référentiel du Togo.

Le dire, le reconnaître aujourd’hui, est une avancée. Pourtant, l’on peut se rendre compte que le temps mis pour la repentance de « la voie  suicidaire » est longue. Trois décennies. Tard vaut mieux que jamais, l’on doit volontiers concédé tout de même.

Par ailleurs, le grand artisan de la politique togolaise, fait remarquer que la volonté existe de part et d’autre de parvenir à « un compromis  politique ». Mais le gage sûr  « pour un compromis politique fidèle », c’est véritablement la crainte réciproque qui le détermine.

La question est de savoir si dans la situation actuelle au Togo, où le président élu vient de faire juste un an et à en face une opposition en perte de vitesse, ses partisans, c’est-à-dire les partisans  du Président seront enthousiaste pour un dialogue ou une négociation pour que in fine le pouvoir change de main ? C’est une question à 1.000 000 de dollars.

Germain DOUBIDJI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
5 × 24 =