Journée de l’arbre : Les élus locaux, le secteur public et privé, les ONG  invités à s’approprier la problématique

0
448

En prélude à cette célébration de la journée nationale de l’arbre au Togo, le ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières et son collègue de la Communication, des Médias, Porte-parole du gouvernement, Prof Akodah Ayewouadan ont animé ce 28 mai 2021, au centre semencier de Davié, une conférence de presse au sujet des innovations apportées à cette édition 2021.

La célébration de la journée nationale de l’arbre sera donc une occasion de lancer une campagne de reboisement systématique et de grande envergure.

Selon les informations, cette campagne se fera en deux étapes, à savoir le lancement officiel le 1er juin avec la mise en terre de 300.000 plants et à partir du 2 juin jusqu’en septembre 2021, c’est-à-dire la fin de la saison pluvieuse, les actions de reboisement vont se poursuivre à l’échelle du pays. Selon ce qui ressort du communiqué de presse, le nombre de plants produits par l’administration forestière et les pépiniéristes privés pour cette campagne est de 10.000.000.

Le gouvernement ambitionne, aller au-delà, afin de disposer de la matière première pour les industries de transformation du bois, une voie vers la promotion des emplois verts.

Les ministres Katari Foli-Bazi et Akodah Ayewouadan invitent toutes les autorités, de même que les groupes organisés, les élus locaux, le secteur public et privé, les ONG et toute la population togolaise à mettre au moins un plant en terre et surtout l’entretenir.

Selon le résumé du bilan du secteur forestier du Togo  issu du premier inventaire forestier national de 2016, il révèle un taux de couverture forestière de 24,24 %, un taux moyen annuel de déforestation d’environ 0,42 % pour la période 1990 à 2015. Ce qui suppose qu’il y a une régression de la superficie forestière d’environ 5679 ha par an.

Par ailleurs, les analyses indiquent que la superficie totale des terres dégradées au Togo est estimée à 234.900 ha, soit 4,14 % du territoire national sur la période 2000 à 2010. Ce qui équivaut à un taux de dégradation de 23.490 ha par an sur le plan national.

Cette situation n’est pas de nature à plaire aux autorités. Ainsi, pour apporter des palliatifs et conformément à la feuille de route gouvernementale 2020-2025 du ministère de l’environnement et des ressources forestières, d’ici à l’horizon 2025, le quart du territoire doit être couvert de forêts soit 25 %.

Source :  Nouvelle Opinion

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
2 × 15 =