« La société CACESPIC-IF SARL joue avec nous. Il faut que nos autorités interviennent. Nous souscripteurs avions prêté de l’argent pour investir auprès de cette société. Aujourd’hui, on a la pression. On est poursuivi par…  » déclare Ayaba Sahada, représentante des victimes de CACESPIC-IF SARL

0
641

Les victimes de la société CACESPIC-IF SARL sont montées au créneau mardi 11 mai 2021, pour exprimer leur douleur et traumatise subis dans la main d’Hugues Yaovi Dodji DIGO et exiger le remboursement de leurs capitaux. Ayaba Sahada, la représentante des victimes affirme que la société CACESPIC-IF SARL joue avec eux et demande lintervention des autorités compétentes.

Les victimes de la société CACESPIC-IF SARL

« Nous sommes devant la presse parce que nous sommes dans la douleur. La société CACESPIC-IF SARL joue avec nous. Il faut que nos autorités interviennent. Nous souscripteurs avions prêté de largent pour investir auprès de cette société. Aujourdhui, on a la pression. On est poursuivi par les banques, les microfinances, nos amis. La société CACESPIC-IF SARL nous a fait des propositions alléchantes. Mr Hugues Yaovi Dodji DIGO a mis les moyens pour nous haranguer en nous faisant croire quil ny avait pas de risque, lui étant un professionnel du trading. Aujourdhui, on a la pression. Sur 8000 souscripteurs, il ne paie que 7 à 13 personnes à chaque fois. Ce nest que dès le début quil a payé 123 personnes. Nous considérons ce que fait la société comme de lescroquerie. Nous appelons nos autorités au secours » a laissé entendre Ayaba Sahaba, la représentante des victimes lors des interviews

Les représentants des victimes sur la table d’honneur

À en croire cette dernière, Hugues Yaovi Dodji DIGO, le premier responsable de la société CACESPIC-IF SARL trouve toujours des excuses pour calmer les victimes. Parfois il menace même les victimes verbalement comme physiquement. « Il y a détournement de fonds par mes collaborateurs, il y a Covid-19, on ne veut pas dattroupement devant la société, on a investi sur un compte bloqué donc patienter jusquà mi-février 2021. On vous rappellera pour vous servir. Ceux qui ne peuvent pas attendre, peuvent résilier leur contrat » a-t-elle indiqué Ayaba Sahada tout en relevant quau moment où Hugues Yaovi Dodji DIGO disait cela, sa société na jamais arrêté de prendre les capitaux chez des gens.

L’une des pancartes tenue par des victimes de la société CACESPIC-IF SARL

Dans la foulée, Ayaba Sahada a fait savoir que le responsable de la société CACESPIC-IF SARL a sollicité un avocat pour suivre le remboursement. Lavocat faisait preuve de diversion lors de lentretien avec certains des victimes. « Grande a été notre surprise qu’Hugues Yaovi Dodji DIGO, le président directeur général de CACESPIC-IF SARL, nous envoie un message sur telegram, nous informant quelle a sollicité un avocat du nom de Ali Berthe pour faire un programme de remboursement. Ce qui fut effectivement fait. Or, ce nétait quune diversion, un dilatoire pour nous endormir encore, puisque ce dernier a accompagné la société à faire sa procédure de redressement judiciaire dans la clandestinité, alors que nous souscripteurs, on na jamais été au courant dune quelconque faillite »

Qu’est-ce qui s’est réellement passé

« Tout a commencé en novembre 2020, où certains n’ont pas eu leurs gains. Mais par messages alléchants, CACESPIC-IF SARL rassurait les souscripteurs. Ainsi, de nouvelles têtes continuaient à investir paisiblement et avec des promotions à l’appui. Déjà en décembre 2020, la société n’arrivait plus à payer sous prétexte quelle a des problèmes de change sur le marché mondial, il y a détournement de fonds par des collaborateurs, à cause de covid-19, elle ne veut pas d’attroupement devant la société » a relaté la représentante en demandant la clémence du chef de l’État et son premier ministre.

« Nous demandons à notre chef de lÉtat, notre papa, et notre mère, madame le premier ministre de nous aider à rentrer dans notre droit. Nous demandons également pardon pour notre naïveté. Que justice soit rendue afin qu’Hugues Yaovi Dodji DIGO nous rembourse nos capitaux »

Pour information, plus de 800 millions de francs CFA constituent la part investie par plus 1000 souscripteurs représentés par Ayaba Sahada devant la presse, or il y plus de 8 mille souscripteurs au total à qui CACESPIC-IF SARL doit rembourser plus de 22 milliard (les uns étudiants, ménagères, fonctionnaires, les autres commerçants, entrepreneurs, artisans)

Marc GNAZOU

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
4 × 12 =