Livre contre les maux de la cité, 2021 : les candidats togolais bénéficient d’un atelier

0
803

L’Association Ecrivains Humanistes du Bénin en collaboration avec le Club le Littéraire a organisé samedi 07 août 2021 un atelier de formation au profit des candidats qui participent la 6 ème édition du Concours littéraire ouverts aux ressortissants ouest-africains.

Un concours dénommé « Le livre contre les maux de la cité, éd 2021 » avec comme prix en compétition : le « Prix Ecrivains Humanistes » est organisé par l’Association Ecrivains Humanistes à toute personne physique âgée de 18 à 30 ans et n’ayant jamais publié individuellement ou collectivement un recueil de nouvelles.
Selon le président de l’Association Ecrivains Humanistes, Camille A. Segnigbinde, cet atelier de formation a pour but d’aider les candidats à s’améliorer. « Un atelier de renforcement des capacités et de réécriture est organisé au profit des candidats dans la période du 10 au 31 août 2021 dans les quatre pays cibles du programme pour améliorer les textes proposés par ces derniers » a indiqué Camille Segnigbinde, président de l’Association Ecrivains Humanistes

Le meilleur lauréat du concours, poursuivant Camille Segnigbinde, aura une bourse d’édition d’un recueil individuel et une visibilité autour de son œuvre. Selon le président de l’Association, la phase finale se tiendra en novembre prochain au Bénin en présence de plusieurs acteurs de la chaîne du livre. « Au cours de cette cérémonie, le meilleur lauréat sera dévoilé et nous allons en même temps lancé le titre du recueil collectif issu du processus » a précisé Segnigbinde

Le thème choisi pour cette 6 ème édition est la « Lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes : regard et contributions des jeunes écrivains ouest africains » et le genre choisi est « La NOUVELLE ». Afin d’aider les candidats à surpasser non seulement leurs limites et les orienter, Kalbesh Kutsonya a échangé avec ces derniers sur les problèmes qu’ils peuvent rencontrer sur le genre choisi et comment les faire face. « En ce qui concerne cet atelier, je suis venu voir les problèmes spécifiques que ces jeunes auteurs rencontrent dans l’écriture de la Nouvelle. C’est ainsi que j’ai pu essayer de les orienter afin qu’ils surpassent leurs limites » a déclaré l’écrivain et l’un des formateurs des participants, Kalbesh Kutsonya.

Une initiative très appréciée par les candidats du Togo en lice. « Je félicite les responsables qui ont organisé cet atelier. Car, quand on est chez soi à la maison et on écrit on se dit qu’on est les meilleures mais quand l’occasion vient de se confronter à d’autres personnes on arrive à mieux évaluer nos compétences. Cet atelier m’a aidé à apprendre de nouvelles choses sur le genre choisi. Moi je suis une romanesque et la Nouvelle ne me sied pas mais grâce à cet atelier je me sens apte à l’affronter » a indiqué Josepha Agbessi, une candidate. Pour Moussa, un étudiant qui a décidé aussi de participer à ce concours, cet atelier est un grand soutien. « Je suis très ravi d’avoir assisté à cet atelier. Cela m’a beaucoup apporté et je pense réécrire mon texte pour le renvoyer » a-t-il souligné

 

Quatre pays sont en lice à savoir le Bénin, le Niger, la Côte-d’Ivoire et le Togo. Après cet atelier, une nouvelle évaluation sera faite par un jury de même nombre qui permettra de classer les candidats par ordre de mérite. La décision de ce jury est sans appel.

Aussi, il faut souligner que l’initiative est mise en œuvre avec l’appui technique et financier du Bureau de la Coopération Suisse à Cotonou

Notons que le jury évaluera aussi les textes des 40 finalistes et en dégagera les dix meilleurs qui peuvent être publiés tout en dégageant les trois meilleurs auteurs de l’ensemble, au plus tard, le 05 octobre 2021.

Marc GNAZOU

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
29 − 18 =