Affaire  Santrinos : Qui pour éteindre le feu qui brûle  ?

0
1302

L’artiste de la chanson togolaise Santrinos Raphael voit ses chansons suspendues par les médias togolais jusqu’à nouvel ordre. L’affaire tient en haleine actuellement le monde du showbiz. Qui pour éteindre le feu qui brule la maison du showbiz.

En effet, accusé d’être complice d’une campagne de dénigrement des médias togolais, la star de Mansa Group voit ses chansons suspendues par ordre de l’Association des techniciens radiodiffusion du Togo(ATRT), présidée par Jean-Jacques Snoby Attikpo.

Pour cette association, l’artiste n’a posé aucune réaction suite à un post de ses blogueurs traitant notamment les médias togolais de « maudits » et bien d’autres encore, l’auteur de « Mamadou et Bineta » s’est vu retirer ses chansons des médias togolais jusqu’à nouvel ordre.

Par ailleurs, le bureau exécutif de l’ATRT exige une explication du staff de Santrinos Raphaël et avertit les autres artistes par rapport à de telles publications.

Il n’a pas fallu de plus pour que l’entourage de l’artiste réagisse  en relevant que  ni l’artiste Santrinos Raphael, ni son staff et encore moins sa maison de production ne sont ni de loin ni de près liés  aux faits incriminés notamment le  dénigrement de medias car ils n’y voient aucun intérêt à entreprendre une telle démarche.

Dans la foulée, le monde politique s’invite dans l’affaire.  Dans un message publié sur son compte twitter ce mardi 31 août, la présidente de la faîtière des communes du Togo, Yawa Kouigan trouve la décision de l’ATRT injuste et lance un soutien à l’étoile montante de la musique togolaise. « Je m’en vais suivre  @ESantrinos et m’intéresser davantage à sa musique. Principalement parce que j’abhorre cette tendance à vouloir éteindre nos étoiles qui osent briller », a-t-elle lancé sur le réseau social.

Le député Gerry Taama également rentre dans la polémique et se demande si   ces messieurs savent même que Santrinos gagne plus d’argent par YouTube que par le Butodra, et que YouTube est gratuit et accessible en permanence sur les smartphones alors que la majorité des jeunes qui écoutent santrinos n’ont pas de radios.

La controverse s’enfle finalement et l’affaire deborde  les limites du monde  des artistes et des médias et rentre dans le marigot politique togolais. Qui pour éteindre le feu qui brûle la maison du showbiz  et du monde des médias se demande-t-on car tout le monde semble se complaire à la controverse .

La bonne réation viendra enfin du ministre de la Culture et du Tourisme, Pierre Lamadokou qui en en appelle à l’apaisement pour faire place au dialogue entre l’équipe de Santrinos Raphaël et l’association des techniciens radios du Togo.  » Il nous faut beaucoup de patience, de flexibilité et de sacrifice dans l’accompagnement de nos jeunes talents », a écrit le ministre.

Les régards se tournent désormais vers le ministre  Pierre Lamadokou pour éteindre  avec de l’eau le torchon qui brûle entre l’artiste et  l’Association des techniciens radiodiffusion du Togo(ATRT) et que les hommes politiques éteignent malicieusement avec de l’essence.

Germain DOUBIDJI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
1 × 16 =