Examen Périodique Universel: Préparation à la pré-session pour les OSC et la CNDH

0
402

Le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT), en partenariat avec la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et l’appui technique et financier de l’UPR Info organise un « atelier de préparation à la pré-session pour les OSC et la CNDH» 23 et 24 novembre 2021.

La formation vise à familiariser les OSC et la CNDH aux compétences et aux méthodes de plaidoyer de l’EPU, en particulier comment formuler des recommandations SMART et comment cibler les États qui font des recommandations. Préparer les interventions des orateurs sélectionnés pour la Pré-session nationale.

Ainsi, durant  deux jours, les capacités de cinquante-cinq (55) acteurs de la société civile et du personnel de la CNDH venus de toute l’étendue du territoire ont été renforcées sur le plaidoyer stratégique avant l’Examen, le processus de formulation des recommandations EPU par les Etats examinateurs, la présentation du format de la Pré-session nationale, la préparation des interventions des orateurs sélectionnés pour la Pré-session nationale : bonnes pratiques en termes de contenu et structure.

Selon Ami Amemassor, vice-présidente du CACIT,  la pré-session est une étape du processus de l’EPU qui leur   offre une plateforme internationale à travers laquelle nous présenterons aux États nos priorités et préoccupations en amont de l’examen du Togo.

«  Elle constitue également l’opportunité pour les missions permanentes de disposer des informations sur la situation des droits humains dans le pays examiné et d’interagir avec l’Etat examinés dans le cadre du dialogue constructif prôné par les Nations », a-t-elle indiqué.

Elle a ajouté que la rencontre leur permettra de mieux comprendre le processus de formulation des recommandations de l’EPU par les Etats examinateurs, de présenter le format de la Pré-session nationale ainsi que de préparer les interventions des orateurs sélectionnés.

La vice-présidente du CACIT a rappelé que lors de l’examen du Togo en 2016, cent quatre-vingt-quinze (195) recommandations ont été adressées à l’Etat togolais, dont cent soixante-sept (167) ont été acceptées et vingt-huit (28) notées.

Le Togo a dû fournir sa réponse sur ces recommandations au plus tard six (6) mois après l’Examen en 2016.

« Des actions de plaidoyer ont également été menées et des rapports à mi-parcours soumis à l’EPU en juin 2019. Entre 2016 et 2021, le contexte du suivi de la mise en œuvre des recommandations a connu, entre autres, respectivement en 2017 et 2018, une crise socio politique profonde avec des manifestations populaires soldées par des violations des droits de l’Homme, l’élection présidentielle du 22 février 2020 et la survenance de la crise sanitaire de la COVID-19. La gestion de la crise sanitaire a conduit le gouvernement à prendre des mesures restrictives des libertés », a indiqué Ami Amemassor .

Le Togo sera examiné dans le cadre du troisième cycle de l’Examen Périodique Universel (EPU) le 24 janvier 2022.

InterFaxPress

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
28 ⁄ 2 =