Lomé, capitale de la littérature africaine en 2021

0
594

Le monde littéraire du continent africain a eu les yeux rivés sur Lomé, la capitale togolaise ce mardi 9 novembre 2021. Et pour cause, la Journée internationale de l’écrivain a été célébrée en différé ce mardi à Lomé.

Cet évènement initié par l’Association Panafricaine des Écrivains (PAWA) et l’Association des Écrivains du Togo (AET) a ainsi eu lieu au Togo et c’est  pour la première fois que cette manifestation se tenait  en dehors du siège du PAWA qui se trouve à Accra au Ghana.

On notait à l’ouverture par Dr Kossi Gbényo Lamadokou, Ministre de la Culture et du Tourisme, la présence de son Excellence Joseph Kokou Koffigoh, écrivain togolais, de Dr Wale Okediran, Secrétaire général de PAWA, de la professeure Germaine Kouméalo Anaté, Présidente de l’Association des Écrivains du Togo (AET) et de plusieurs autres personnalités dont des écrivains, des artistes ainsi que des étudiants.

Le ministre de la Culture et du Tourisme, a indiqué lors de la cérémonie d’ouverture que « c’est un honneur pour notre pays et le monde littéraire en particulier d’accueillir ce grand événement ».
La rencontre est placée sous le thème « la littérature au service de l’éducation, du citoyen : statut, formes et transmission. » Ledit thème a été au centre d’une communication du Prof Kagni Alem.

Selon Germaine Kouméalo Anaté, présidente de l’AET, une journée célébrée constitue une pause nécessaire pour évaluer le chemin parcouru, ce que l’on a fait, ce que l’on fait ou doit faire pour continuer à avancer en améliorant la force et la visibilité des balises du parcours.

« C’est l’occasion d’une réflexion-analyse pour apprécier et valoriser ceux qui ont marqué leur passage d’une empreinte indélébile que seuls savent creuser les mots, les sonorités et les rythmes du chant /champ littéraire à travers l’espace et le temps », a-t-elle ajouté.

Elle a par la suite salué l’institutionnalisation de cette journée qui rappelle chaque 7 novembre les « valeureux citoyens appelés écrivains, qui trempent leurs plumes dans les galères du monde pour dire les rêves de l’homme ».

La présidente de l’Association des Écrivains du Togo (AET), a également salué la présence des écrivains venus de très loin (Ghana, Gabon) mais aussi la présence de tous les acteurs du livre qui sont fortement mobilisés pour vivre le moment histoire en ce sens que c’est pour la première fois que l’Association Panafricaine des Écrivains (PAWA) a décidé de célébrer cette journée hors de son siège à Accra en portant son choix sur le Togo.

Germain DOUBIDJI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 × 9 =