« Nous ne pouvons pas dire que les consommateurs sont totalement satisfaits. Il reste encore beaucoup de choses à améliorer… » affirme Emmanuel Sogadji, président de la LCT

0
243

Le président de la Ligue des Consommateurs du Togo (LCT), Emmanuel Sogadji a affirmé vendredi 18 mars 2022, que les consommateurs togolais ne sont pas totalement satisfaits des services rendus par les opérateurs de téléphonie mobiles selon les études antérieures faites par l’Autorité de Régulation des Communications électroniques, des postes(ARCEP).

Cette déclaration a été faite par Emmanuel Sogadji lors de la conférence publique organisée par la LCT à l’Université de Lomé pour célébrer en différer la journée mondiale du droit des consommateurs. Axé sur le thème « La finance numérique équitable », cette célébration a réuni les enseignants chercheurs, les étudiants, les associations, les représentants des banques et l’ARCEP.

Selon le président de la LCT, les consommateurs togolais ne sont pas comblés cependant il faut que tous les citoyens togolais travaillent pour l’amélioration des choses. « Aujourd’hui, nous ne pouvons pas dire que les consommateurs sont satisfaits vu les études antérieures que l’ARCEP a fait, cela montre qu’il y a beaucoup de manquement. Il reste encore beaucoup de choses à améliorer surtout sur le plan de la téléphonie mobile » a indiqué Emmanuel Sogadji avant de préciser que c’est pas un travail d’une seule personne mais « de nous tous. Donc il va falloir l’aide de tout le monde. L’apport des uns et des autres va nous aider à mieux faire le travail et à parfaire tout ».

Dans la foulée, le président explique le choix du thème et du lieu pour la célébration de cette journée mondiale du droit des consommateurs. « Cette journée donne l’opportunité à toute organisation consumériste de mettre en exergue un sujet d’actualité. Le sujet central de cette année porte sur la finance numérique et équitable. Nous avons choisit le cadre de l’Université parce que pour nous il est temps que nous puissions être un couloir pour les enseignants chercheurs, de faire des recherches en matière de droit de la consommation. La thématique nous impose de faire des débats francs et scientifiques » a-t-il laissé entendre

Plusieurs thématiques ont été débattues lors de cette conférence publique. « L’accès aux infrastructures » a été animé par la LCT, l’ARCEP et l’Université de Lomé. Une occasion pour le directeur juridique de l’ARCEP rappelé l’effort que fournit l’Autorité de régulation et son souhait également. « Les consommateurs doivent être au centre des solutions qu’ils veulent voir dans le secteur. Les infrastructures numérique intéressent beaucoup l’ARCEP car c’est là où on note la qualité des services rendues par les opérateurs économiques. Aujourd’hui nous parlons du concept interopérabilité des opérations entre les différents réseaux que nous avons chez nous. Cela permet aux consommateurs de pouvoir faire des transactions sur les deux réseaux sans nécessairement avoir les deux cartes SIM. Par exemple, celui qui a le Moov peut retirer son argent Flooz dans un kiosque où on ne retire que par TMONEY et ça vice-versa » fait savoir Ouro Agoro, le directeur juridique et de protection des consommateurs à l’ARCEP

Quant à l’Université, l’adoption du Mobile money présente plusieurs avantage pour le consommateur. Au cours de la présentation de son exposé, il a révélé les effets positifs de Mobile money et affirme que grâce à l’adoption, il y aura la résilience.

Notons que la journée mondiale du droit des consommateurs est célébrer chaque 15 mars de l’année.

Marc GNAZOU

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
26 + 17 =