Accident sur la nationale Nº 1 à Bako : la réaction du MMLK

0
133

Le président du Mouvement Martin Luther King (MMLK) a réagi mercredi 29 juin 2022 suite à l’accident de circulation qui s’est produit dans la préfecture de Wahala plus précisément sur la nationale Nº 1 à Bako.

Pour Pasteur Edoh komi, le président du MMLK, les accidents de circulation avec son cortège de mort deviennent de plus en plus récurrents et préoccupants exigeants des thérapies de chocs. Toutes les forces routier, sécurité et les syndicalistes des conducteurs de contrôle le jour du drame sur les itinéraires du véhicule cercueil doivent être sanctionnées.

Lisez intégralement le texte de MMLK

MMLK/DRAME ROUTIER À WAHALA :

QUI AUTORISE CES VÉHICULES DE LA PÉRIODE D’ANTIQUITÉ À ENCORE CIRCULER SUR NOS ROUTES ?

OÙ SONT LES FORCES (SÉCURITÉ ET ROUTIER) ET LES SYNDICATS DES CONDUCTEURS ?

Pour que cela ne se reproduise plus et au nom de la rigueur et de la lutte contre l’impunité, toutes les forces (sécurité, routier) et les syndicalistes des conducteurs de contrôle le jour du drame sur les itinéraires du Véhicule-Cercueil, doivent être sanctionnées.

Le peuple Togolais est en deuil et pour cause, la négligence et le défaut de rigueur ont tué presqu’une quinzaine de concitoyens qui allaient au marché de Gléi en provenance de Vogan. Ces corps sans vie ont été alignés depuis ce 28 juin 2022 sur la nationale n° 1 à BAKO non loin de WAHALA. Désolation, consternation, indignation, angoisse, émoi, tristesse sont les sentiments qui animent les cœurs des uns et des autres. Une fois encore, ce drame va rester impuni et les causes vont être dévolues sur le pauvre chauffeur, lui qui est responsable à vue d’œil à cause de l’état du véhicule. Mais ce sera injuste de s’arrêter là car son véhicule n’étant pas en bon état, ne devait pas circuler voire faire un mètre en avant. Pourquoi alors a t-il pu quitter Vogan pour se diriger vers Gléi avant d’être freiné par le drame ? Où sont les forces de sécurité sur la route ? Où sont les syndicats des conducteurs qui sont au point de départ du véhicule ? Le chauffeur a t-il présenté une garantie d’assurance avant de quitter la gare routière ? Si toutes ces conditions sont réunies, le drame aurait pu être évité et les vies des concitoyens allaient être sauvées ? Ce n’est pas le cas, car les images prouvent que ce véhicule n’ a pas une capacité égale au nombre de passagers qui avoisine une trentaine (13 morts et les 15 blessés font presqu’une trentaine de personnes). Ce qui veut dire qu’il y a de surcharge dépassant la capacité normale. Le véhicule ayant dépassé sa charge normale, les pneus ne peuvent que s’éclater..

VOICI LA VRAIE CAUSE DU DRAME De Bako dont l’espace des responsabilités doit être élargi.

De nos jours, les accidents de circulation avec son cortège de mort deviennent de plus en plus récurrents et préoccupants exigeants des thérapies de chocs. C’est une chaîne de responsabilité dans la circulation routière et chaque maillon doit jouer sa part.

La politique nationale de la sécurité routière ne doit se limiter au bureau mais doit s’exercer sur le terrain avec l’implication effective de la société civile.

Le Mouvement Martin Luther King présente ses condoléances aux familles éplorées et souhaite une prompte guérison aux blessés.

LA ROUTE N’EST PAS UNE AIRE DE JEUX ET NOUS NE DEVONS PAS EN FAIRE UN LIEU D’AMUSEMENT.

Lomé, le 29 juin 2022

Pasteur Edoh KOMI / MMLk – la voix des sans voix

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 ⁄ 10 =